Poésie d'aiguèzois ou d'anonymes...

LE CHEMIN MULETIER

Merci d’être venu
Connaître nos villages
Bientôt une avenue
Laissera son sillage

Le chemin muletier
Sera route d’autos
Le si joli sentier
Sera piste à motos

Lorsque la poésie
Sentira le pétrole
Les lieux que tu choisis
N’auront plus d’auréoles


Un auteur anonyme



CHEZ NOUS
Chez Nous ! Ces deux mots là, à peine on les murmure
Qu’ils prennent avec nous le chemin de retour,
Après avoir ouvert la prison où s’emmure
Un cœur resté fidèle à son premier amour.

Chez Nous ! C’est la garrigue en jupe de lavande,
Les mots ensoleillés qu’on dit avec l’accent,
C’est l’olive, le miel, la vigne et l’amande,
C’est Frédéric Mistral, le poète occitan.

Chez Nous ! C’est le terril, la plaine dénudée,
L’ombre de Germinal au dessus des corons,
La sauvage rumeur d’une salle enfumée
Où les grands coqs sanglants mêlent leurs éperons.


Chez Nous ! humble clocher, altère cathédrale,
Peu importe pourvu qu’on s’y sente chez soi,
Fier d’être ce morceau de l’étoffe ancestrale,
Fil d’aujourd’hui mêlé aux laines d’autrefois.

Terre que l’on trahit au jour d’adolescence,
Quand on s’en va poursuivre ailleurs des rêves fous,
Pressés d’abandonner ce que fut notre enfance,
Pour quelque chimérique et lointain rendez-vous

Mais quand la roue du temps soudain tourne plus vite,
Quand le, rêve s’estompe et manque au rendez-vous,
Sans le moindre regret des choses que l’on quitte
On rebrousse chemin et l’on rentre « Chez Nous »